Indications

 Pour qui? Pour quoi?

Le nourrisson : retard de développement psychomoteur (lié ou non à une pathologie), trouble de la régulation du tonus musculaire, prématurité, troubles sensoriels

Le jeune enfant : retard de développement psychomoteur, difficultés relationnelles, trouble du comportement, difficulté de latéralisation, trouble envahissant du développement (TED), trouble du spectre autistique (TSA)

L’enfant : retard de développement psychomoteur, troubles des apprentissages (dyspraxie, dysgraphie), hyperactivité avec ou sans trouble de l’attention (TDAH), inhibition psychomotrice, précocité, trouble du comportement, TED, TSA

L’adolescent : trouble des apprentissages, inhibition, troubles alimentaires, troubles des conduites, difficulté dans la gestion des émotions, TDAH, TED, TSA

L’adulte : perte de capacités psychomotrices (suite à une pathologie ou un accident), difficultés dans la gestion des émotions, pathologies psychiatrique, handicap mental

La personne âgée : perte des acquisitions psychomotrice (mémoire, raisonnement, motricité globale ou fine, repèrage spatio-temporel, communication) liée à une pathologie neurodégénérative ou non, syndrome post-chute, prévention de la chute

 

 

Comment?

Le soin psychomoteur relève aussi bien de l’éducation psychomotrice, de la rééducation psychomotrice que de la thérapie psychomotrice.

Le psychomotricien agit sur le corps pour harmoniser les fonctions motrices, intellectuelles et affectives par l’intermédiaire de médiations.

 

La médiation peut être un jeu, une technique corporelle (relaxation, conscience corporelle), une activité artistique, sportive… en fonction des intérêts du patients et des objectifs à atteindre.

 

Le psychomotricien aide son patient à trouver ou retrouver un équilibre psychocorporel, à prendre conscience de son corps, à le maîtriser et à le situer dans l’espace/temps.